Val'Kimiya

Valérie Vallet

Comment aborder la guerre avec les enfants ?

La guerre et les enfants
Parler ou pas en parler ? Comment aborder le sujet ?

Aucun sujet n’est tabou à partir du moment où l’enfant pose des questions.


L’enfant est très curieux. C’est normal, il se construit. Alors autant lui apporter des bonnes bases plutôt qu’il aille se renseigner uniquement en dehors de la sphère familiale. Vous ne pensez pas ?


La guerre, c’est un sujet très profond et vaste. S’il y a des questions sans réponse, il est important de lui dire ‘‘Je ne sais pas’’ et de faire des recherches ensemble :
La mort, les armes, la peur/les émotions, le bien/le mal, le pouvoir, l’immigration, l’entraide/les dons, les associations… et bien d’autres sujets peuvent être abordés :


La mort :
Appuyez-vous sur le cycle de la nature, en parlant des saisons. La saison du printemps avec ses petites fleurs, puis de l’automne avec ses feuilles mortes… Une fleur cueillie/coupée qui fane.
Ensuite vous passez au « niveau supérieur » en parlant de la durée de vie des animaux « de compagnie », comme le poisson rouge qui ne vit pas très longtemps, ensuite la souris qui se fait manger par le chat qui chasse, puis le chien, le cheval … Et enfin l’Être humain.
Le livre ‘‘La mort expliquée aux enfants mais aussi aux adultes’’ de Jean-Jacques Charbonnier, version illustrée est très sympa, peut -être un support pour aborder le mot deuil/mort.
Je vous encourage à aborder ce sujet avant de le vivre au sein de votre famille. C’est plus doux et les mots sont aussi plus adaptés puisqu’ils ne sont pas envahis d’émotions.


Les émotions :
Une émotion n’est pas une chose mais un ressenti.
On ne devient pas une émotion mais on l’accueille en soi pour la vivre, la ressentir et la laisser partir.
Encouragez les échanges, pourquoi pas, en utilisant les supports comme ‘‘Gaston la licorne’’, qui fait des exercices de respiration, ou ‘‘calme et attentif comme une grenouille’’ pour sonder sa météo intérieure et pratiquer divers exercices ; Les cartes Dixit qui permettent d’exprimer sur un sujet en choisissant une carte qui résonne sur ce que l’on ressent à l’intérieur ; Écouter les contes thérapeutiques d’Élodie Lamarque ; Pratique d’une activité…


Bien/Mal :
À partir de 6/7ans, l’enfant expérimente la différence de réactions et de sensations entre ce bien et ce mal. Qu’est-ce que c’est ? Pourquoi dit-on que c’est mal ? Pourquoi dit-on que c’est bien ? Qui a mis cette limite ? Où se situe-t-elle ? Pourquoi existe-il une jauge d’ailleurs ?
Il expérimente le domaine du mensonge aussi.


L’enfant a besoin d’être accompagné sur ces choix d’expériences qui vont le faire grandir, ainsi que le parent … 😉. Pourquoi ? Et bien parce qu’il va commencer à découvrir les mots responsabilité – effet boomerang – Pardon – Libre arbitre – Compassion – réparation…


Ces situations sont des leçons d’évolution et de réparations en apprenant à regarder à l’intérieur de soi (⚠ ≠ de critiques/jugements/culpabilité envers soi et/ou autrui 😉)


La guerre, c’est un conflit entre 2 idéaux. Ce conflit commence au travers de soi-même, en se divisant, en perdant notre propre connexion à nos valeurs.


La guerre s’étend ensuite au sein de nos foyers avec des disputes, puis dans notre milieu professionnel et puis ……. suivie de ……. et elle devient mondiale 😔


Soyons responsables de nos actes pour qu’ils ne débordent pas sur autrui, sur le monde.


Si nous n’aimons pas la guerre, ne soyons pas dans la dualité mais dans la compréhension, l’acceptation, l’empathie, l’amour inconditionnel, la confiance envers soi pour se positionner sur « l’extérieur ».


Faisons le colibri en remplissant notre part individuellement pour s’unir collectivement, humainement. 😌🙏

Partager l'article :

Facebook
Twitter
LinkedIn